INNOVATION

Les industriels ont intégré depuis de nombreuses années le développement durable dans leurs cahiers des charges. Concrètement, cela s’est traduit le plus souvent par des tentatives de réduction à la source et une attention aux matériaux utilisés. Au milieu de cette volonté omniprésente d’optimisation, il y a pourtant un élément commun à toute la communication imprimée qui a été négligé : l’encre. Et pourtant, l’encre a un impact environnemental et économique significatif. L’éco-encrage vise à offrir une solution aux annonceurs qui souhaitent en optimiser l’utilisation.

Qu’est-ce que l’éco-encrage ?

Mise au point par Diadeis, la technique d’éco-encrage permet d’optimiser les décors de packaging ou d’autres supports de communication, afin de diminuer la consommation d’encre, sans pour autant appauvrir les créations. Cela nécessite des compétences à la fois en design et en prépresse. Un oeil créatif est nécessaire, qui saura proposer des changements qui ne desserviront pas la création, voir l’amélioreront dans certains cas. En complément, une expertise en photogravure permet d’optimiser les charges d’encre et de calculer et  les bénéfices.

L’éco-encrage s'adapte aux trois techniques les plus largement utilisées que sont l'offset, la flexographie et l'héliogravure, et cela sur tous types de supports.

 

Quels sont les bénéfices ?

S'engager dans une démarche de réduction de l'encrage permet à un industriel d’améliorer son empreinte écologique tout en réduisant ses coûts.

D’après une étude réalisée par Diadeis sur plus de 200 emballages de toutes origines, l’éco-encrage a permis de réduire de 15 à 25% en moyenne les besoins en encre, avec parfois une baisse du nombre de couleurs nécessaires. Or l’encre n’est pas un produit neutre. Intégrant des produits toxiques, elle a des impacts environnementaux, en particulier lors des phases de recyclage où les supports imprimés sont désencrés. Etre moins consommateur d’encre se concrétise par des gains en termes d’énergie, de CO2, d’eau, de COV, d’acidification…

Par ailleurs, l’encre est un produit de plus en plus onéreux, enregistrant des augmentations de prix importantes ces dernières années. En utiliser moins, c’est dépenser moins. Outre l’encre, les gains économiques concernent les formes d’impression, le calage et le recyclage.

Au final, choisir l’éco-encrage se révèle un choix sans regret : des bénéfices, pas d’effet négatif en contre-partie. Alors pourquoi s’en priver ?